22 août 2012

Où l'on cesse de piétiner...

Voici enfin quelques progrès dans la résurrection du Jurassik PC dont beaucoup d'occupations m'ont tenu éloigné : chercher du boulot, jouer à Simutrans, ne pas trouver du boulot, jouer à Simutrans, faire des travaux dans la maison, jouer à Simutrans, transpirer, jouer à Simutrans, transpirer encore plus en coupant du bois pour l'hiver (je suis un fan de Charles Ingalls...) et aussi jouer à Simutrans.

 

J'ai donc procédé au redémarrage de la bête que j'avais entièrement désossée et dépoussiérée au mois de février. Et ma première déconvenue a été d'être accueilli pas un BIOS pas content du tout :

 

222_DSCF6334

 

L'erreur de mémoire provenait tout simplement de la barrette supplémentaire que l'on m'avait généreusement donnée. Dommage : la bestiole devra pour l'instant se contenter de 128 mégas de RAM au lieu des 256 sur lesquels je comptais. Toutefois j'apprends enfin la fréquence de mon processeur : 350 mHz, ce qui est une bonne nouvelle car je croyais que les PII s'arrêtaient à 300.


Le deuxième message d'erreur provenait d'un lecteur de disquettes rebranché à l'envers. Côté lecteur c'est plutôt ficelle car il n'y a pas de détrompeur (côté carte-mère par contre, aucun risque de gourance). J'ai trouvé la solution sur le web : si la diode du lecteur de disquettes reste allumée en permanence c'est que la nappe est branchée dans le mauvais sens. C'est sans danger : il suffit de la rebrancher correctement et au redémarrage de la machine :

 

222_DSCF6333

 

Alléluia ! Et le premier qui se moque de ma toile cirée prend mon pied au cul. Windows redémarre sans problème, re-détecte les périphériques, démontage oblige, et n'achoppe que sur la carte Ethernet pour laquelle il ne trouve pas de pilote (normal). Le lecteur de disquettes se comporte finalement correctement. Je me ballade un peu sur le disque dur à la recherche des petits secrets de mon patron, mais à part une photo de Laurence Parisot toute nue, ce qui est normal pour un patron, je ne trouve rien de bien compromettant. Globalement la machine est quand même très poussive. Je sais qu'elle est vieille, mais c'est quand même assez lent pour être qualifié d'anormal.


Dernier test : je redémarre la machine et entre dans le BIOS pour reconfigurer ma séquence de boot. Sur ce vieux BIOS ce n'est pas si simple, mais je m'en sors et la machine boot sans problème sur un Live CD d'Ubuntu 10.10. Bien sûr je n'ai pas attendu le démarrage complet (j'y serais encore à Noël) mais maintenant je sais que je n'aurai pas à m'emmerder avec des disquettes pour installer Linux. J'ai l'intention d'essayer Toutou Linux et aussi de voir ce que donne Debian en Live CD avec XFCE.

Posté par Sam1972 à 18:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Où l'on cesse de piétiner...

    Résurrection

    C'est ballot pour la barrette car elle aurait amélioré l'installation d'une distribution comme Toutou.
    Bonne chance et surtout bon courage
    A pluche.

    Posté par anatole, 23 août 2012 à 17:39 | | Répondre
Nouveau commentaire